Trucs et astuces pour rendre disponibles les enfants : brain gym, relaxation

La disponibilité des enfants, l’éveil des curiosités et la performance des capacités à l’apprentissage est bien chose facile si on détient les bons outils. Plusieurs nouvelles méthodes pédagogiques sont appliquées dans les écoles.

Des méthodes pedagogiques facilitées par l’enseignant

Des méthodes qui ont facilité la tâche de l’enseignant et ont donné de bons résultats scolaires. L’élève est le centre d’intérêt qui occupe pédagogues, psychologues, sophrologues et enseignants. Des études ont été réalisées sur des groupes d’élèves afin de trouver les bons moyens pour améliorer la concentration des enfants en classe. Parmi ces techniques, on trouve le Brain gym et la relaxation à l’école.

L’éducation kinesthésique ou Brain gym

Le Brain gym est un ensemble de mouvement permettant le développement du potentiel des enfants. Ces pratiques simples les aident à être réceptifs et disponibles à de nouveaux apprentissages.

L’éducation kinesthésique ou Brain gym a été conçue par Paul Dennison, un professionnel de l’éducation aux Etats-Unis. Il a développé cette approche éducative en 1980 en se basant sur le rapport étroit entre le développement physique, l’apprentissage et la réussite scolaire. Ses recherches sur cette interdépendance ont commencé vers 1965. C’est avec Gail Hargrove, sa femme et collaboratrice que cette technique a été affinée et répandue dans le monde. Ils ont publié plusieurs manuels et livres sur le Brain Gym.

Le Brain gym est constitué de 26 mouvements. Ce sont des activités de synchronisation des sens et du corps. Ces mouvements permettent aux enfants de valoriser leurs capacités pour comprendre, apprendre et être créatif. Ces mêmes exercices sont pratiqués en famille et au travail pour les adultes.

Des mouvements pour un meilleur apprentissage

Le Brain gym est un ensemble d’exercices corporels, faciles à pratiquer à tout moment de la journée. Ces mouvements permettent de sécuriser la posture, de même que le cerveau afin d’accéder à de meilleures capacités d’apprentissage.

Les 26 mouvements du Brain gym ont 3 dimensions :

  • La latéralité: mouvements gauche/droite repartis en 11 exercices, dits mouvements de la ligne médiane. Ils comportent les mouvements croisés, le huit couché, le crayonnage en miroir, le huit de l’alphabet, mouvement de l’éléphant, le roulement du cou, le balancement des jambes, la respiration ventrale, les abdos croisés, le balancement du cou avant/arrière, dit exercice dynamiseur et enfin faire le vide dans sa tête.
  • Le centrage : mouvements haut/bas, repartis en 7 exercices énergétiques et 2 attitudes d’approfondissement.

Les exercices énergétiques commencent par un geste simple ; boire de l’eau. Puis la suite consiste à se focaliser par des gestes simples sur les points de l’équilibre, les points du cerveau, les points d’enracinement, points de l’espace, un exercice de bâillement énergétique et enfin ouvrir grand les oreilles, ou exercice du casque d’écoute. S’ensuit deux attitudes d’approfondissement : exercices de croisements des mains en position assise, et des mains et pieds en position debout. La deuxième activité se fait seule, puis à deux : le massage frontal avec deux doigts de chaque main.

  • La focalisation: des mouvements avant/arrière avec 6 exercices d’allongement.  Il y a étirements du cou, des bras, des jambes, des mollets, du dos, flexions des pieds.

Tous ces exercices se font au moins 3 fois, c’est à partir de la 3ème répétition d’une même activité  que le cerveau  commence à enregistrer les changements durables. Sans oublier que ces mouvements se font sous une inspiration et expiration lente et profonde.

Les effets de la relaxation sur l’apprentissage

Si la gymnastique du corps et du cerveau permettent une optimisation d’apprentissage et de compréhension pour l’enfant, il en est de même pour la relaxation.

La relaxation et la méditation aident les enfants à gérer leur corps et leurs émotions. Troubles de sommeil, anxiété inexpliquée, stress pré-rentrée scolaire, crise de colère en  période d’examens, l’enfant a besoin de relaxer aussi. Les exercices de relaxation apaisent l’enfant et améliorent ses capacités d’apprentissage. Tout comme pour les adultes, le cerveau d’une personne stressée est plutôt ‘’bloqué’’, ses capacités de réflexion sont réduites.

L’agitation et le manque d’attention de l’enfant sont des handicaps d’apprentissage à l’école. Pour stimuler leur concentration, les enseignants font recours parfois à des exercices de relaxation pour leurs élèves en classe. Ceci permet de chasser leur stress et d’inhiber leur impatience et agitation. Quelques minutes de relaxation et de méditation régulières favorisent les capacités de la concentration et de la mémorisation.

Initiation des enfants à la relaxation et la méditation

Tout s’apprend en jouant, la meilleure astuce pour initier un enfant à n’importe quelle attitude. Il suffit que les exercices de relaxation et de méditations soient ludiques, l’enfant apprendra à les répéter vite et pourra les faire,  même seul.

Au début, pour coordonner l’auditif au gestuel, la relaxation peut s’accompagner par des petites histoires racontées par le papa ou la maman. Ça aide l’enfant à mémoriser les mouvements. Pris pour un jeu au début, l’enfant trouvera bien-être et joie après quelques séances.

Plusieurs exercices de méditation sont disponibles pour les enfants pour renforcer leurs capacités de concentration. On va citer 5 exercices que les enfants pratiqueront volontairement, à l’école, en famille ou seuls.

1/  le ballon gonflable imaginaire : yeux fermés, en position assise, l’enfant imagine qu’il a un ballon entre les mains. Il va y souffler à chaque fois qu’il sent de l’émotion dans une partie de son corps. Ainsi le ballon va gonfler (dans son imaginaire) d’émotions, qu’il a expulsées. A la fin, on fait un nœud, et on laisse s’envoler dans l’air le ballon remplis. En même temps, il a fait son exercice de respiration de relaxation.

2/ la bulle de tranquillité : demander à l’enfant de fermer les yeux et de dessiner autour de lui une bulle imaginaire. Demander lui d’inspirer par le nez et d’expirer par la bouche, doucement. Il va se détendre, il est dans sa bulle de tranquillité.

3/ la montagne : pour l’aider à se détendre, demander à l’enfant de s’imaginer une montagne. Jambe en tailleur, mains pointues ver le haut, comme le sommet d’une montagne. La montagne est grande, immobile, silencieuse et majestueuse. Il va rester dans cette posture quelques moments et il va s’en réjouir d’être une montagne.

4/ tension-relâchement : c’est un exercice musculaire. L’enfant va crisper ses muscles et les relâcher, à plusieurs reprises. Il faut passer d’un état de crispation musculaire générale et successif, puis le relâchement se fait de la même façon. C’est un jeu apprécié par les enfants, et ça permet de refouler toutes les tensions.

5/ Posture du papillon : En position assise, plantes de pied l’une contre l’autre. Demander lui de fermer les yeux, d’attraper les pieds et de regarder au sol, en respirant doucement.  Ensuite, il va simuler avec ses jambes, le battement des ailes du papillon. Le papillon s’envole dans les airs, l’enfant se sentira léger en s’imaginant voler comme le papillon. C’est un exercice de relaxation parfait, le battement des jambes et l’ouverture des hanches permettent un relâchement émotionnel.

Le yoga, c’est pour les enfants aussi

Pour rendre l’enfant disponible à l’apprentissage et renforcer ses capacités de mémorisation, pourquoi pas le yoga ? Comme la méditation, le yoga est très efficace, ça libère l’esprit et le corps des tensions.

A partir de 3 ans, un enfant peut être initié à pratiquer le yoga. Choisissez les postures qui lui plaisent, en simulant des animaux (position chat, chien, grenouille…). Tout comme la relaxation, une séance de yoga avec un enfant doit être ludique.

Les exercices de yoga pour enfant se font accompagner d’une musique douce, mettez celle qu’il préfère.  Le but de ces exercices est de se focaliser sur ses sens et son gestuel. Il est facile de le faire avec un enfant, en commençant doucement par le concentrer sur sa respiration. Il va suivre l’air qui entre par ses narines, descendre dans ses poumons puis ressortir par la bouche. Il est préférable de ne pas forcer l’enfant sur des mouvements qu’il n’arrive pas à faire. Petit à petit, son petit corps va s’habituer aux exercices de yoga et il va en réclamer. Avec un enfant, les séances de yoga doivent être courtes, 10 mn suffisent à un enfant de se libérer des tensions et retrouver le bien-être.

Articles similaires