Méthode d’enseignement: Le potentiel des TIC dans le nouveau paradigme pédagogique

méthode d'enseignement

Apprentissage à distance assisté par l’application des mesures de l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’éducation a pour principal but de promouvoir la démocratisation de l’acquisition des connaissances. Il s’agit d’une nouvelle Méthode d’enseignement.
Ce processus ou système consiste à dispenser tout ou partie d’un cours à des étudiants éloignés dans le temps et dans l’espace grâce à des applications TIC (Internet, radio, télévision, ordinateurs personnels, matériel audiovisuel et un nombre limité de documents imprimés). L’enseignement à distance peut prendre plusieurs formes:

  • L’apprentissage à distance sur Internet,
  • Cours diffusés à la télévision ou à la radio,
  • Auto-apprentissage sur CD ou DVD-ROM, afin que les étudiants puissent interagir avec le contenu qui y est enregistré,
  • L’apprentissage via des appareils mobiles, qui permet aux étudiants d’accéder au contenu stocké sur des appareils mobiles ou des serveurs sans fil,
  • Formation à distance intégrée, qui combine des méthodes d’enseignement en temps réel et différées, une interaction personnalisée et collective à travers différents canaux, des documents imprimés limités.

Est Exclu de cet apprentissage, l’enseignement à distance dispensé uniquement par correspondance, c’est-à-dire sur la base de documents imprimés envoyés par la poste.

La réussite et l’atteinte des résultats escomptés sont basées sur sur l’autonomie de l’apprenant, le rôle du tuteur et l’environnement éducatif, et les thèmes des TIC en tant qu’outil cognitif, qui sont étroitement liés aux efforts d’introduction de l’innovation.

Pour parvenir à l’autonomie, il faut promouvoir les processus d’autonomisation, processus qui dépendent dans un large mesure de l’environnement de conseil et d’éducation, et les TIC en tant qu’outil cognitif soulèvent la question fondamentale de la particularité de ces outils dans la construction des connaissances.

L’autonomie de l’apprenant

Il ne fait aucun doute que l’utilisation des TIC semble être propice à l’autonomie de l’apprenant. Selon plusieurs chercheurs, nous sommes confrontés à «une transformation éducative d’un paradigme pédagogique à un paradigme autonome. Il s’agit d’un changement de paradigme pédagogique, de la transmission des connaissances des enseignants à la construction des connaissances des apprenants.

Cette vision existe des deux côtés de l’Atlantique. Dans certaines revues sur, les apprenants de l’enseignement à distance, l’apprentissage et les perspectives de recherche de soutien aux apprenants, les auteurs ont qualifié l’autonomie de l’apprenant ne signifie pas apprendre de manière isolée sans enseignant.

L’autonomisation de l’apprenant, c’est-à-dire l’action de rendre les apprenants autonomes met l’accent sur le savoir apprendre, l’autonomie n’est pas innée chez l’individu. La démarche apprendre à apprendre passe par l’évolution des représentations des apprenants quant à la matière enseignée et des méthodes d’apprentissage.

L’autonomisation de l’apprenant, c’est-à-dire l’autonomisation donnée à l’apprenant, met l’accent sur le savoir apprendre, et l’autonomie n’est pas inhérente à l’individu. La méthode de l’apprentissage à l’apprentissage implique l’évolution des expressions par les apprenants des sujets enseignés et des méthodes d’apprentissage.

L’autonomie est «incontournable» dans les nouvelles technologies. Cette fatalité n’est qu’une représentation et certains points de vue ne sont pas d’accord avec l’idée que l’autonomie d’apprentissage et l’apprentissage autonome sont synonymes. Cette différence nous oblige à nous poser la question: «Dans quelle mesure pouvons-nous programmer les capacités de l’apprenant?»

À cette fin, un cadre global doit être établi qui combine des mesures obligatoires et optionnelles, tout en mettant l’accent sur la communication et l’apprentissage L’authenticité de l’activité.

Pour cette raison, il est nécessaire d’évaluer les apprenants pour prouver qu’il est nécessaire de réfléchir à leur propre apprentissage tout au long du processus d’apprentissage, et de dominer l’influence de la réorganisation et de la supervision des équipements, ce qui souligne l’importance de la métacognition pour le développement d’un autre rôle de l’apprenant.

Par conséquent, le problème préoccupant est de savoir comment développer et modifier des représentations basées sur des expériences de vie antérieures en tant qu’apprenant afin de former des enseignants capables de faire face aux besoins éducatifs d’aujourd’hui de manière plus pertinente et solide. Le besoin de développer l’autonomie de l’apprenant.

L’utilisation des technologies de l’information et de la communication a le potentiel de soutenir la pédagogie des relations et de la collaboration, ce qui peut changer les expressions faites. L’hypothèse basée sur cette recherche suppose que cette activité est considérée comme une situation d’apprentissage pouvant provoquer une confrontation cognitive et émotionnelle, ce qui aidera les élèves à découvrir diverses représentations de concepts théoriques.

La conscientisation amenée par cette confrontation favoriserait la collaboration et l’analyse des expériences mutuelles, et ainsi, agissant sur l’apprentissage, pourrait lui faire dépasser le niveau du discours et évoluer comme véritable compétence. Le va et vient entre l’identification et le recul par rapport à l’interaction semble faciliter l’expression de la pensée spontanée et, en même temps, la réflexion. Ce double effet contribue fortement à matérialiser le processus d’apprentissage en le rendant explicite à travers l’expression textuelle.

Méthode d’enseignement: Le rôle du tuteur et de l’environnement éducatif

De nombreuses recherches sont en cours pour remettre en question la fonction d’enseignement des enseignants / tuteurs en TIC. On voit que l’enseignant / tuteur n’a plus de position facile entre l’apprenant et la construction des connaissances. Son rôle en tant que fournisseur de connaissances est grandement diminué par la nature auto-acquise des TIC.

En outre, grâce à un accès direct à l’information, la médiation TIC favorise l’utilisation de matériels non «pré-adaptés». Plus encore, l’auto-évaluation semble être soutenue par de nombreux logiciels d’autocorrection indépendamment du regard des enseignants.

De plus, les apprenants ont une certaine capacité d’autogestion à organiser des activités d’apprentissage dans l’espace-temps. D’un autre côté, du point de vue du constructivisme social, le rôle du tutorat est de rétablir son statut en garantissant la qualité de l’apprentissage. Par conséquent, nous devons nous poser une question, quels sont les aspects importants de la fonction tutoriel?

Selon la règle empirique, la distance gaspille 30% d’énergie, ce qui conduit grandement à la déshumanisation des cours. Afin de contrer cette influence, dès le début du cours, l’enthousiasme constant de l’enseignant joue un rôle déterminant. Pour que cette énergie communique, la situation idéale est de demander à chacun d’allumer la caméra et de l’annoncer en amont afin que chacun puisse partager ses images confortablement.

Les enseignants doivent être enthousiastes à propos de leurs sujets, créer des moments d’interaction, citer les participants pour qu’ils sautent hors des commentaires du chat, au lieu de perdre leur sens de l’humour afin d’injecter une certaine spontanéité dans la classe. À distance, le responsable de la réunion doit avoir une vraie posture de leadership: il introduit la réunion, y compris les participants, explique l’ordre de la séquence, et commence à parler aux étudiants dès les 5 premières minutes, indiquant la nécessité de participation active.

L’apprentissage numérique a émergé une nouvelle langue non verbale essentielle pour contrôler les codes.

Interrompre une personne à distance n’est pas facile, il est donc nécessaire d’inviter les participants à utiliser la discussion à tout moment ou à connecter votre microphone au signal que vous souhaitez intervenir. Ces techniques simples permettent la fluidification des échanges et des interactions.

Deux heures de cours de distance sont l’équivalent d’une demi-journée en présentiel. Pour rendre cette réalité un atout, vous devez rythmer et parier la variété de formats usagés. La théorie de la péréquation alors pratique « ne fonctionne pas. L’ordre du jour devrait être considéré comme une partition qui alterne des séquences de conférence et des séquences pratiques, des temps plénières et des moments de sous-groupe.

Les «Salles virtuelles» proposées par les principaux outils de vidéoconférence permettent de rendre les cours en ligne plus interactifs et impliqués que les cours traditionnels. Grâce à l’instantanéité du numérique, les enseignants ont toute la liberté dans l’arrangement du temps de travail.

Les TIC comme outils cognitifs

Les études liées à la perspective des TIC comme outils cognitifs portent sur les modalités d’utilisations, les structures d’interaction et les contenus. Par ailleurs, les outils comme le forum de discussion, le MOO et le chat permettent la constitution de données brutes.

L’usage des TIC, semble renforcer l’impact de l’expression écrite sur l’apprentissage tout en prenant une autre forme, complémentaire. Les conventions habituelles sont transformées par la présence dépouillée de signes autres que l’expression verbale hybride entre l’écrit et l’oral qualifiée de textoral par certain chercheur.

L’utilité d’un outil TIC spécifique, le chat, dans le cadre de l’enseignement à distance, n’est pas généralement considérée comme un outil favorisant l’entraînement de l’expression orale.

Des études s’attachent à montrer que le chat peut combler cette lacune et avoir un impact sur la qualité de l’apprentissage. L’hypothèse sur laquelle a été fondée la recherche postule que le chat peut grandement favoriser le développement de stratégies conversationnelles bénéfiques pour l’apprentissage. Les résultats de l’analyse d’un corpus constitué de séances de chat, confirment cette hypothèse.

Dans la même ligne de pensée, des études ont démontré les enjeux de la formation à distance dans la lutte contre l’illettrisme : Le droit à l’éducation pour un public spécifique, examine la formation ouverte et à distance comme moyen pour lutter contre l’illettrisme. L’étude présente des études de cas dont on tire des conclusions portant sur l’importance de l’autonomie de l’apprenant et une approche personnalisée, sur l’utilisation des TIC pour combler les distances géographiques des apprenants et enfin sur la nécessité de compétences spécifiques pour ces usages des TIC.

Des études ont fait le point sur les atouts pédagogiques de la FAD, mais soulignent également certaines conditions afin de garantir le succès de la FAD dans la lutte contre l’analphabétisme.

Par conséquent, elles attirent la distinction entre l’accès à une ressource informatique et la participation à une action d’apprentissage à distance avec un accompagnement professionnel et le passage du face à face au virtuel.

L’étude annonce la transformation en profondeur du mode de travail collectif, de l’organisation du groupe, de l’expression et du type de relations entre les acteurs. L’étude montre la convergence nécessaire entre l’autonomie, la spécificité de l’instrument et le tutorat/surveillance de l’accès à l’éducation et de l’urgence créer un accès à l’éducation. Les personnes handicapées par l’analphabétisme.

Interaction, mais avec des cours de modération interactive

Il est essentiel de créer du lien entre les étudiants et leurs enseignants, mais certaines nouvelles doivent être fournies directement et ne nécessitent pas de réactions. Pour éviter un délai précieux pour utiliser un cours de magistrat, la solution consiste à faire varier les formats d’apprentissage. Par exemple, utilisez un un dispositif comme Loom pour vous inscrire dans le processus de commentaire d’un document, d’une image, ou de diapo et de la partager avec les participants sur les cours. Ou faire un audio pouvant être entendue comme un podcast, les méthodes et possibilités sont multiples, il faut seulement être créatifs.

L’enseignement à distance a perturbé les étudiants comme les enseignants. Maintenant que la maîtrise de l’outil est acquise, il faut aborder les enjeux de désengagement des apprenants démunis contre un format inhumain qui appartient aux enseignants.

Conclusion

Des études ont précédemment signalé d’excellents résultats pouvant ouvrir à d’autres recherches visant à mieux comprendre la spécificité des TIC aux niveaux cognitif, communicatif et interactif dans le domaine de l’éducation. Les tics offrent un nouveau cadre d’échange de communication et une interface de texte numérique permet de certaines interactions.

Un résultat évident est que le système de cours doit être changé. Un autre résultat montre combien de représentants empêchent les pensées. Le passage entre la pensée bien connue, la pensée habituelle et une nouvelle idée qui prend les nouveaux concepts dans son sens abstrait et scientifique, sans les réduire ni les prévenir..

Certains résultats renvoient à l’émergence de nouveaux rôles d’apprenant, d’enseignant/tuteur et de nouveaux environnements d’apprentissage pour apprendre autrement. C’est en soi prometteur pour un changement réel du paradigme pédagogique existant. Les articles contribuent à l’élaboration d’une théorie de la FAD en train d’aboutir.

Encore faudrait-il approfondir la recherche sur la nature, voire la spécificité des TIC, et sur la question de la formation des formateurs.

Encore faudrait-il approfondir la recherche sur la nature, voire la spécificité des TIC, et sur la question de la formation des formateurs.

Articles similaires